7
February 2018
Articles
Articles

Diffamation : un Etat ne peut engager une action en diffamation

Le 6 février 2018, la chambre criminelle de la Cour de cassation a jugé qu'un "Etat étranger, pas plus que l'Etat français, ne peut engager une poursuite en diffamation sur le fondement de la loi du 29 juillet 1881 sur la liberté de la presse, un Etat ne pouvant être assimilé à un particulier au sens de l'article 32, alinéa 1er de l aloi précitée".

Les magistrats de la Haute juridiction ont ainsi jugé qu' il n'existe aucune atteinte disproportionnée aux droits des Etats de disposer d'un recours juridictionnel effectif dès lors que les dispositions précitées protègent les responsables et représentants de l'Etat en question leur permettant de demander réparation.

Si les personnes physiques responsables et représentants de l'Etat peuvent ainsi agir en diffamation, l'Etat en tant qu'entité particulière ne le peut.

Lire la décision de la Chambre criminelle de la Cour de cassation du 6 février 2018.

Vous pouvez solliciter le cabinet Chapelle Avocat, avocat pénaliste à Paris, en allant sur la page Contact ou en nous envoyant un email à cabinet@chapelleavocat.com

sign
Envie d'aller plus loin ? Contactez-nous

Nous sommes impatients de vous rencontrer afin de vous apporter des solutions adaptées à votre situation pénale.

Merci pour votre message, nous allons revenir vers vous très prochainement.
Un souci vient de se produire, veuillez renouveler l'opération.
sign
Contact us for further information

Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit. Proin egestas nibh eget velit sollicitudin, at finibus sapien placerat. Class aptent taciti sociosqu ad litora torquent per conubia nostra, per inceptos himenaeos. Curabitur vestibulum nunc nunc, elementum tempor ante suscipit et.

Thank you for your message, we will get back to you very soon.
A problem has occurred, please try again.